[FR/ EN]

Ongoing / En cours

Video Vitrine


Ephemeral videoart station


[EN]
Video Vitrine is an ephemeral videoart screening station, accessible locally by the public space at Rue de l’Hectolitre 3-5, 1000 Bruxelles. The screen switches power on Feb 20 as a gesture of support for the Still Standing for culture movement.
Video Vitrine hosts and plays authors’ works whose video language is primarily based on (moving)image and(or) text. The sound is muted. No theme, no format. The screen is a 15” HD video station with integrated DVD player. One work at time – no compilations. Playing in a loop day and night.
If you have something appropriate for this context, please send us your video using a file-transfer platform to the email info@hectolitre.space, accompanied by a short info about the author and the work.
The screened works are communicated the day they start playing. The programme can host only a limited number of works, co-curated by the Hectolitre art-community. There is no deadline or pre-defined duration of the programme, it can stop and reappear any moment.
Contact person: Mladen Bundalo, mladen@hectolitre.space

---
[FR]
Video Vitrine est une station de projection d’art vidéo éphémère, ouverte sur l’espace public de la rue de l’Hectolitre 3-5, 1000 Bruxelles. L’écran s’allume le 20 février en soutien au mouvement Still Standing for Culture.
Video Vitrine présente les œuvres d’auteurs dont le langage vidéo est basé sur l’image (en mouvement) et/ou le texte. Le son est coupé. Pas de thème, pas de format. L’écran est une station vidéo HD de 15 pouces avec lecteur DVD intégré. Une œuvre à la fois – pas de compilation. Ça joue en boucle jour et nuit.
Si vous avez quelque-chose d’approprié pour ce contexte, veuillez nous envoyer votre vidéo en utilisant une plateforme de transfert de fichiers à l’adresse e-mail info@hectolitre.space, accompagnée d’une brève info sur l’auteur et l’œuvre.
Les œuvres projetées sont communiquées le jour où elles commencent à jouer. Le programme ne peut accueillir qu’un nombre limité d’œuvres, co-organisé par la communauté artistique Hectolitre. Il n’y a pas de date limite ou de durée prédéfinie du programme, il peut s’arrêter et réapparaître à tout moment.

Personne de contact: Mladen Bundalo, mladen@hectolitre.space

---


Currently playing / Lecture en cours:



Prijedor bus station - Banjaluka bus station, 2011, 720p, 52'49''
Mladen Bundalo

[EN]
The video essay is narrated through a travelogue which is happening on a bus ride between two cities in Bosnia, some 10 years ago. A subjective meditation set in spatial movement. The work is part of a project entitled “Critical Intimism”, which experiments on relation of inner and outer worlds by confronting contemplation (monologue) to specified living circumstances caught by video or photography.

[FR]
L'essai vidéo raconte un récit de voyage qui se déroule lors d'un trajet en bus entre deux villes de Bosnie, il y a environ 10 ans. Une méditation subjective en mouvement spatial. L'œuvre fait partie d'un projet intitulé «Critical Intimism», qui expérimente la relation entre les mondes intérieur et extérieur en confrontant la contemplation (monologue) à des circonstances de vie spécifiées capturées par la vidéo ou la photographie.



----------
Previously screening



Happy, happy, 2013, S8 - 4/3, 25fps, 04:13
Aurélia Pfend

[FR]
L'œuvre que vous regardez est un montage de films super 8 trouvés au Jeu de Balle à l’époque où l’on pouvait flâner au milieu des objets délaissés. Il s’agit, à travers le travail du montage, de révéler la véritable histoire de l'instant, l’inconscient du filmeur.
Formée dès 1998 à La Fabrique par Sabine Jauffret à Valence d'Albigeois, Aurélia Pfend commence à raconter des histoires et les mettre en image. Il faut dire que l’environnement y était favorable : la campagne du Tarn propose comme principaux loisirs la forêt pour se faire peur ou bien l’herbe tendre des prés pour regarder les nuages. Il n’y avait pas d’autres issues que de se raconter des histoires.
Malgré le temps, les déplacements et le chaos de la vie, son travail persiste à traduire le singulier du réel en sensible.

[EN]
The work you are looking at is an editing of the super 8 film found on the Jeu de Balle during the days you could wander among abandoned objects. It is about, through the editing work, revealing the true story of the moment, the unconscious of the filmmaker.
Trained in 1998 at La Fabrique by Sabine Jauffret in Valence d'Albigeois, Aurélia Pfend began to tell stories and put them into images. It must be said that the environment was favorable: the countryside of the Tarn offers as main leisure activities, the forest to be afraid of, or the tender grass of the meadows to star in the clouds. There were no other outcomes but to keep telling the stories. Despite time, travel and the chaos of life, her work persists in translating the singular of the real into the sensitive.



M__A (studio video), 2019, HDV, 48KHz, 25fps, 01:31
Harry Chapman

[EN]
This video, made in the former club, establishes a relation between two independent and unauthored processes – the physical movement of an axle and the duration established by a video camera. Just as in Robert Breer and Pontus Hultén's film of kinetic sculpture at the Galerie Denise René in Paris in 1955, it is the record of a relation without any final form.
Harry Chapman (b.1988, London, UK), works in sculpture and video. He studied at Central Saint Martin's, London (2008–12) and at the Städelschule, Frankfurt am Main (2017–19). He was resident in the atelier partagé, Hectolitre, in 2019/20. He currently lives and works in Brussels.

[FR]
Cette vidéo, réalisée dans l'ancien club, établit une relation entre deux processus indépendants et non autorisés - le mouvement physique d'un essieu et la durée établie par une caméra vidéo. Tout comme dans le film de sculpture cinétique de Robert Breer et Pontus Hultén à la Galerie Denise René à Paris en 1955, c'est le récit d'une relation sans forme définitive. Harry Chapman (né en 1988, Londres, Royaume-Uni), travaille dans la sculpture et la vidéo. Il a étudié à Central Saint Martin's, Londres (2008–12) et à la Städelschule, Francfort-sur-le-Main (2017–19). Il résidait à l'atelier partagé, Hectolitre, en 2019/20. Il vit et travaille actuellement à Bruxelles.