[FR/ EN]

CONTEXTE

Le bâtiment se trouve 50 mètres de la Place du Jeu de Balle dans le quartier des Marolles (Bruxelles). Au début des années 2000, il abrite « La Porte des Sens », l’un des clubs échangistes les plus connus de Belgique. Le propriétaire, qui est aussi antiquaire, donne une coloration très « Art brut » à l’intérieur et à ses volumes atypiques.
Le club ferme en 2015 et le bâtiment est racheté, avec l’objectif d’en faire un lieu dédié à la recherche et à la création. L’échange est encore au cœur du processus, mais conçu sous une autre forme : il s’agit désormais d’un échange entre artistes, artisans, commissaires, penseurs, coordinateurs culturels, chercheurs, designers, voisins et citoyens. De gros travaux de rénovation sont prévus pour fin 2019. Le projet final s’articulera autour d’espaces de vie et de création pour une vingtaine de résidents et d’invités qui pourront y séjourner quelques semaines, quelques mois voire quelques années, ou être de passage.



PHASE DE TEST EN COURS

En attendant les travaux, le bâtiment est là et offre cinq niveaux de possibilités : un espace de rencontre avec le quartier, un lieu pour les événements ponctuels, des ateliers partagés pour des recherches en art visuel, une vitrine d’exposition et un studio dédié aux métiers de l’image (plus de détails dans la rubrique « Les Espaces »). L’objectif de cette première phase est de questionner le concept, de tester de nouvelles méthodes de travail, d’inventer des rencontres improbables, et également de commencer à créer une communauté durable et engagée autour du projet.



VALEURS

Tant dans le projet final que dans la phase de test, le dispositif est basé sur l’échange ouvert, curieux et bienveillant. L’innovation, la persévérance, l’envie d’entreprendre guident la démarche, le tout dans une atmosphère qui se veut joyeuse, vivante et harmonieuse. La méthodologie de co-création et d’intelligence collective préside à l’organisation de la vie du lieu et à la conception et réalisation des projets.



DÉFIS

Le premier défi consiste à questionner la friction transformative du bâtiment: comment passons-nous d’une identité d’ancien club échangiste à un projet d’échange artistique ? Comment un design fondé sur le club et visant à organiser des fêtes peut-il devenir un réacteur produisant une expérience fondée sur l’art et la recherche ? Comment des appartements individuels peuvent devenir le support d’une communauté ? Comment une cour de stockage pour le marché aux puces local peut-elle être transformée en un jardin-agora? Comment un intérieur en art- brut imposant et si spécifique peut-il basculer vers un champ des possibles multiple et interdisciplinaire ?

Le deuxième défi vient avec l’idée de mettre en place une communauté interconnectée autour du projet: dans quelle mesure les résidents de l’Hectolitre peuvent-ils agir ensemble et participer à la conscience du projet? Comment pouvons-nous continuer à être attentifs au voisinage, en transformant l'incertitude en possibilité? Comment pouvons-nous «diffuser» une large vague artistique et culturelle indépendante à Bruxelles? Comment pouvons-nous relier nos défis aux professionnels venant du monde entier, et laisser leurs différentes perspectives et positions augmenter la résolution de notre projet?



ÉQUIPE

Philippe Delvaux Rêveur directeur
Marie Noble Accoucheuse d’idées | Collectif Station
Mladen Bundalo Conducteur de la phase de test
Lucie Fournier Conductrice de la phase de test